Mots intimes

Les amoureux ont toujours un tas de choses à se dire. Ils se parlent à petits mots des détails de leur quotidien et se délectent déjà rien qu'à la voix de leur aimé. Je sais, c'est un peu niais, mais absolument délicieux et ça n'agace que ceux qui n'ont pas la chance d'en faire l'expérience.

Avec le temps le tas de choses à se dire s'amenuise proportionnellement au tas de choses qu'on n'ose pas se dire. La communication, si fluide à ses début, se cristallise de nos craintes à déplaire alors même que nous savons combien le couple survit et se développe grâce à elle. Aïe ! Encore une fois, il n'y a que les libérés et les audacieux qui ont une chance de s'en tirer. Et pourtant. Tout peut être dit entre personnes qui s'aiment. Et je voulais parler ici de nos petits mots intimes. Tout peut être dit, tout peut être fait dans le respect et l'amour, dans le désir complice.

Les mots intimes, très souvent métaphoriques et généralement liés au sexe, accompagnent les amoureux dans leur tendresse, leurs désirs et leurs fantasmes. Si on ose dépasser le classique « mon chéri » et le traditionnel « mon lapin », on pourra trouver un monde de créativité dans le verbiage poétique ou coquin pour imager ses amours et ses ébats de manière très personnelle.

Ces termes ont souvent une consonance possessive, mais ils n'impliquent pas forcément l'appartenance. Quand je dis ma maman, je ne dépossède pas mes frères. Lorsque je te dis ma belle, tu restes belle aux yeux de tous et si je t'appelle ma petite garce, que tu renchéris mon salaud, ce n'est que pour définir un espace d'intimité dans lequel on se retrouve complice. Les mots intimes servent à ça, à délimiter un espace que l'on s'approprie, que l'on se réserve pour s'aimer.

Beaucoup se retiennent d'utiliser certains mots qu'ils considèrent comme insultants ou dégradants. Ils sont gênés, troublés par l'ambiguïté du terme. Ce qui serait une insulte dans la vie courante devient un compliment dans le contexte amoureux. C'est ainsi que putain ou salope sont des mots qui manifestent la reconnaissance d'une attitude experte, tout comme baiseur, gros cochon ou saligaud. Ces termes seraient des insultes très dures dans le cadre social. En amour, ils pimentent le jeu, expriment la joie et la gratitude. Par contre, crétin ou pouffiasse restent toujours des insultes qui ne révèlent aucune qualité. Sachons trouver et utiliser les mots qui éveillent le feu des amants.

Le choix et l'agencement de ces mots intimes donnent une coloration unique à chaque couple. Osons utiliser ceux qui nous plaisent et nous inspirent. Racontons-nous l'un à l'autre ce qu'ils évoquent à l'intérieur de nous et partons à la découverte des mondes cachés au cœur de ces mots tendres, parfois si excitants. Des mots qui sont les nôtres, des mots riches de sens à utiliser pour encourager ou pimenter nos ébats.

avril 2007